actu2.0
- 1131 visites -

Pourquoi le saumon est le poisson préféré des français ?

Le saumon est considéré comme un poisson très gustatif, mais aussi apporte des éléments nutritionnels considérables, sans pour autant faire grossir. Idéal pour ceux qui font du régime, mais aussi mets omniprésent dans les fêtes surtout quand il est fumé. C'est pour cela qu'il est devenu le poisson préféré des Français.

Pourquoi les Français adorent le saumon ?

À part son goût raffiné, le saumon possède des vertus curatives non négligeables. L'huile, particulièrement extraite de la chair du saumon permet de combattre les maladies cardio-vasculaires et le cholestérol, car il est riche en Oméga 3. Prise quotidiennement, cette huile permet de baisser le mauvais cholestérol responsable d'infarctus et de l'hypertension artérielle, ce qui fait que c'est un poisson très bon pour la santé. La chair du saumon est le plus prisée, et ce, dans toutes ses formes. La chair fraiche est un élément indispensable pour la réalisation des sushis, une recette japonaise incontournable. Le saumon fumé fait partie de la gastronomie française et l'un des mets les plus convoités que ce soit pour le goût ou pour le raffinement.

Les autres bienfaits du saumon

À part la chair, les œufs sont très prisés, car considéré comme le caviar rouge, ils sont utilisés dans l'alimentation et surtout comme ingrédients de produits cosmétiques. Des œufs extraits des saumons sauvages comme le saumon de Norvège, dont la qualité est rigoureusement contrôlée et basée sur la fraicheur et la maturité. En plus de cela, la peau du saumon est utilisée pour en faire du cuir, et avec le bon traitement, le produit ressemble à la peau de crocodile. En France, le saumon est consommé particulièrement fumé, et les Français sont les plus grands consommateurs en Europe, et le second dans le monde après le Japon, à hauteur de 150 000 tonnes par an. Cette tendance ne cesse d'accroitre, car désormais, le saumon fumé fait partie intégrale de la cuisine française.

Laissez votre commentaire à propos de cet article